Le MFM s’engage pour une alternance démocratique

Le conseil régional du MFM s’est réuni à Toliara et vient de décider, outre le soutien au candidat Manandafy Rakotonirina, que le parti va s’engager à la réalisation d’une alternance démocratique du pouvoir pour ces élections du 3 décembre. Un fait qui ne s’est encore jamais vu à Madagascar.
 
Le conseil régional du Sud-ouest du MFM s’est réuni à Toliara, les 28 et 29 octobre derniers sous la houlette du secrétaire général du parti, Olivier Rakotovazaha. A l’issue de ces deux jours, le conseil régional a adhéré à la décision du conseil national qui a entrepris, les 8 et 9 octobre à Antananarivo de soutenir la candidature de Manandafy Rakotonirina à la course à la magistrature suprême. Les comités de soutien sont maintenant en place dans les neuf districts de la région du Sud-ouest. Des comités qui s’organiseront pour faire respecter la démocratie dans tous les domaines. Ainsi, l’élaboration de la liste électorale sera suivie de près de même que le déroulement des élections pour qu’elles soient libres et qu’il n’y ait aucune pression politique sur les électeurs. La population va aussi être invitée à participer à la nomination des membres des bureaux de vote et la confrontation des procès-verbaux exigée pour une réelle transparence. D’un autre côté, il va aussi falloir convaincre la population à accepter une alternance démocratique du pouvoir afin que ces élections se terminent sans affrontement ni effusion de sang et permettre enfin au pays de se développer. Une alternance démocratique qui ne sera possible que si «la démocratie et le choix du peuple sont respectés. Pour cela, il faudra des élections transparentes, libres et sans fraude». Mais il faut aussi que chacun soit libre d’exprimer ses opinions ce qui n’est pas le cas actuellement où l’on assiste à des affrontements continuels entre les tenants du pouvoir et l’opposition. «Chacun tire de son côté à l’extrême. Nous prônons pour un consensus. C’est ce qui marque la différence entre le candidat que nous soutenons et les autres. La population ne peut plus vivre continuellement au milieu de ces conflits. Tout ce désordre économique, social et politique dus à l’incompétence du régime du président Ravalomanana doit cesser car la population a trop souffert. Et il faut le faire de manière moderne et civilisé».
 
La date du 3 décembre est anticipée mais... «Il aurait fallu changer le Code électora, mais comme cela ne s’est pas réalisé, nous allons faire en sorte que la Constitution soit respectée. Et nous allons prendre notre part de responsabilité pour agir en cas d’irrégularités». Ainsi, «le MFM aurait bien voulu faire des réclamations quant à la tenue des élections pour le 3 décembre prochain mais il n’existe aucune institution supérieure à la HCC pour cela. Il fallait soit accepter cette décision soit la contredire et donc engendrer encore plus de désordre». Quant à la candidature de Pety Rakotoniaina, «ce n’est pas le parti qui l’a décidé. Il est soutenu par le Tambatra. Tous les membres du MFM soutiennent le candidat présenté par le conseil national et qui est le candidat Manandafy Rakotonirina». Le commentaire a été concis et net. En tout cas, il est clair que les membres du parti MFM sont actuellement divisés sur ce point. Les uns soutenant la candidature du grand chef du parti qu’est Manandafy Rakotonirina et les autres ne jurant que par Pety Rakotoniaina.