Ethique - Une Charte des partis politiques verra le jour
Les partis politiques malgaches auront enfin leur Charte. Ils seront au nombre de vingt-quatre, regroupés sous le nom de Collectif des partis politiques, à être attendus au Motel de Tana à Anosy, jeudi.
 
Les leaders politiques attendent la Charte.
Ils devront apposer leur signature sur les dispositions textuelles destinées à les régir.
Ces premiers signataires de la Charte ne sont autres que les partis politiques qui ont déjà manifesté leur acceptation au pacte politique. "Les partis politiques doivent agir dans un cadre bien défini. Ils doivent connaître leurs droits et obligations. Sinon ils ne pourront jamais soigner leur image vis-à-vis des citoyens", affirme l'un des initiateurs de cette Charte, le président du Rassemblement des démocrates de Madagascar (Fidem), Maurice Beranto.
L'objectif à long terme du Collectif est la réduction du nombre des partis politiques, actuellement de cent quatre vingt trois. "Les partis politiques ayant une même idéologie pourront fusionner. Mais pour le moment, cette Charte nous amène à améliorer nos relations avec les tenants du pouvoir", ajoute Maurice Beranto.
Le président du comité d'orientation du parti Leader Fanilo, Rochel Andriambelomiadana, n'hésite pas à affirmer que les partis politiques se comportent actuellement comme des agences de placement de candidat, en vue des élections.
Pourtant, il est optimiste sur la mise en place de la Charte des partis politiques. "Par une Charte, l'Etat pourra financer par exemple un programme bien déterminé de sensibilisation et d'éducation des citoyens, que les partis politiques doivent assurer. En contrepartie, l'Etat a la faculté de contrôler l'efficacité des partis politiques dans l'exécution de ce programme ", explique t-il.

Quelques signataires
Parmi les vingt-quatre partis adhérents à cette nouvelle charte figurent l'Avant-garde pour la rénovation de Madagascar (Arema) représenté par son président tournant Hary Naivo Rasamoelina, le parti du mouvement prolétarien ''Mitolona ho an'ny fanjakan'ny madinika'' (MFM) dirigé par Manandafy Rakotonirina, le Parti du congrès de l'indépendance de Madagascar (AKFM) dont l'actuel président national est Philippe Jaozandry, l'AKFM Renouveau du pasteur Richard Andriamanjato, et le Parti social démocrate (PSD) de Ruffine Tsiranana.
"Le parti Tiako i Madagasikara (Tim), actuellement au pouvoir, n'a pas répondu à notre invitation", a remarqué Maurice Beranto.

 Fano Rakotondrazaka

Date : 08-08-2006