Germain Rakotonirainy

Dernier hommage samedi à l’enseignant et au militant politique

Avant sa mise en tombeau dans le caveau familial d’Ambohidrapeto, la dépouille de Germain Rakotonirainy a été emmenée samedi matin à Ambohitsaina, pour un dernier hommage de ses collègues universitaires à l’enseignant que celui-ci avait été.

D’après les discours successifs qui ont été présentés, ceux de Ramananarivo Romaine, responsable du département agro-management de l’ESSA Agro, de Panja Ramanoelina, Directeur de l’ESSA Agro et du Pr. Pascal Rakotobe, Président de l’Université d’Antananarivo, Germain Rakotonirainy, né en 1939, avait obtenu une licence en sociologie en 1966, en même temps qu’une licence en sciences économiques. Il était le chef de département de l’Ecole Nationale de Promotion Sociale ou ENPS de 1970 à 1974, et était l’un des ceux qui ont mis en place l’Ecole Supérieure de Droit, Economie, Gestion et Sociologie (EESDEGS). Il est devenu depuis 1978 enseignant au sein de l’Etablissement supérieur des sciences agronomiques, où il a été  membre du Conseil d’école pendant trois ans, en même temps que secrétaire général de la revue « Terre malgache ».

Excellent pédagogue

« Indépendamment de l’aspect politique, c’était un excellent pédagogue, et beaucoup d’enseignants et étudiants actuels ont été formés par lui », avait souligné le Directeur de l’ESSA Agro, qui était lui-même l’un des étudiants du défunt. Lors de l’hommage rendu à Ambohitsaina, de nombreux politiciens issus de tous bords, le maire d’Antananarivo et les représentants d’institutions nationales ont tenu à rendre hommage à ce politicien (photo). A Ambohidrapeto, le Président national du MFM, Manandafy Rakotonirina, avait rappelé le parcours de Germain Rakotonirainy, qui était un de ses compagnons d’école, ainsi que feu Francisque Ravony. « Germain Rakotonirainy était quelqu’un qui avait du courage et était très proche des membres du MFM. Il avait élaboré une pédagogie pour bien faire comprendre aux membres toutes les stratégies du MFM », avait déclaré Manandafy Rakotonirina au cours de son hommage. Il avait également déclaré que Germain Rakotonirainy n’était pas le responsable du massacre du 10 août 1991, contrairement aux affirmations de l’ancien Président Ratsiraka. Cet hommage a aussi permis de savoir que Germain Rakotonirainy avait rédigé, à l’intention du candidat Ravalomanana, en vue des présidentielles de 2001, un ouvrage intitulé « Les méthodes pour faire face aux fraudes électorales ». Un document qui mériterait sûrement le détour…Pour en revenir à la cérémonie de samedi, les membres du MFM n’avaient pas manqué d’entonner les chants de « guerre » du parti, une sorte de « sôva » accompagné de battements de main, que les militants  avaient l’habitude de fredonner quand ils accueillaient Germain Rakotonirainy à l’époque. Pour son dernier voyage, ses compagnons étaient donc plus que jamais près de lui…

Bodo A.