Le MFM, ce mal aimé

      Depuis l’avènement de ce régime, aucun parti n’a su ni pu défendre intelligemment le nouvel ordre et le changement que met en oeuvre et envisage d’instaurer le président Marc Ravalomanana que celui de son conseiller Manandafy Rakotonirina. L’honnêteté intellectuelle et l’habileté d’esprit dans la légalité dans lesquelles ce chef de parti explique et soutient les tendances engagées par le chef de l’Etat forcent l’admiration des hommes politiques les plus arrogants tels le député Faharo Ratsimbalison hier dans l’émission Savaravina de la radio nationale malgache.
    En tout cas, on a été surpris par cette invite alors qu’on savait que le supposé invité de cette émission était un autre conseiller à la Présidence, connu pour ses positions et ses capacités à se créer des ennemis. Quoi qu’il en soit Manandafy Rakotonirina était très sollicité ces temps-ci. Et de tous les bords. Que cela soit de la part des journalistes ou de la part des hommes politiques, de l’opposition ou non. Président national du parti qui, selon l’invité lui-même, pouvait prétendre à plus de sièges à l’Assemblée nationale car ayant engrangé le plus de voix après le TIM évidemment, aux élections législatives, il était hier soir le premier hôte de l’émission nationale du dimanche soir. Une émission dont on sait la portée et l’audience. Et quand on sait également que l’émission n’est pas accessible à n’importe qui, on devine les intentions qui sont derrière. Toujours est-il que l’enfant terrible du MFM, Pety Rakotoniaina venait d’être chouchouté par le chef de l’Etat alors que son «frère» Herihajaina demeure encore dans les prisons. Hier d’ailleurs, le président Manandafy a eu quelque peine à aborder la question s’il n’y avait pas les questions des auditeurs qui ont soulevé les cas des députés Voninahitsy et Herihajaina.
    À suivre les raisonnements et propos du conseiller Manandafy, il conseille ; à charge pour celui qui est conseillé de prendre parti ou non comme il a toujours été le cas. Toutefois, si l’on a bien compris, il recommande depuis encore une fois la revue du code électoral, celle des mesures et décisions relatives aux événements de 2002 et la loi sur les partis. Il ne l’a plus redit hier car le gouvernement a déjà pris les mesures qu’il fallait mais on rappellera qu’il a été lui aussi parmi les plus grands défenseurs de la loi sur la concurrence pour éclairer davantage la liberté d’entreprise et des entreprises dans le système libéral adopté par le chef de l’Etat.
    Interpellé hier par un auditeur anonyme sur ses relations réelles avec ce régime qu’il défend becs et ongles, laisse entendre cet auditeur, Manandafy Rakotonirina a observé un calme et une sérénité qui lui ont valu les félicitations d’une mère de famille pour sa sagesse et sa pondération. Nous en reparlerons d’ailleurs. Mais en attendant, beaucoup d’auditeurs n’ont pu s’empêcher de remarquer en ce chef politique fidèle défenseur du régime Ravalomanana, qu’il n’a à aucun moment manifesté une quelconque volonté de nuire au pays, ni aux institutions et encore moins au régime. Et ce malgré les coups bas que son parti subit depuis le début.

RAW

Madagascar Tribune 09/01/06