Manandafy Rakotonirina

Et la stratégie change avec !

Avec la nouvelle donne politique actuelle, le MFM a été obligé de rectifier sa stratégie politique. Ainsi, selon Manandafy Rakotonirina, Président national du parti et non moins conseiller spécial du Président de la République, le MFM n'ira plus seul comme un grand en prônant la politique d'ouverture aux élections communales et municipales qui, rappelons-le, auront lieu les 09 et 23 novembre prochains. La preuve parmi tant d'autres, à Fianarantsoa, Pety Rakotoniaina, enfant terrible du MFM, sera présenté par la plate-forme "Tambatra Soa" qui regroupe en son sein une dizaine d'associations civiles et divers partis politiques tels l'Arema, le RPSD vaovao, le RAM, une aile du TIM... Et à Antananarivo-Renivohitra, le MFM va soutenir la candidature de l'actuel PDS Patrick Ramiaramanana.

    Par ailleurs, lors d'une interview qu'il nous a accordé, le numéro1 du "Mafana" a pu s'exprimer sur l'affaire interne de son parti et la position de ce dernier vis à vis du régime actuel. Il a ainsi mis l'accent sur le fait que le MFM reste "unique". Quant à l'éventuelle adhésion du MFM au sein du "Firaisankinam-pirenena", Manandafy Rakotonirina a bien souligné qu'il n'en est pas question actuellement. D'ailleurs, le MFM n'a jamais fait une demande pour son adhésion au sein de cette plate-forme des partis politiques qui regroupe pour le moment trois partis dont le "Tiako i Madagasikara", l'Avi et le RPSD de Marson Evariste. Et l'ancien député de Manandrina d'indiquer que le MFM, sans pour autant abandonner la souveraineté du parti, soutient non le TIM mais le Président de la République Marc Ravalomanana. Une manière de dire qu'il y aurait une sorte de contrat à la base de ce soutien.
    Interrogé sur les primes promis aux ministres "méritants", le conseiller spécial du President de la République a été clair et concis : "ça ne me gêne pas". Et lui, pour couper court aux rumeurs selon lesquelles le Président Marc Ravalomanana est un "dictateur", de faire remarquer que "c'est un homme qui discute bien".

    Toujours au cours de cette interview, Manandafy Rakotonirina n'a pas manqué d'attirer l'attention du Président de la République sur quelques points qui méritent d'être "revus" pour que ce dernier puisse sans difficulté mieux gérer son pouvoir et atteindre son objectif de développement rapide et durable. Etant alors convaincu que le Président Marc Ravalomanana n'a pas besoin d'un strict contrôle parlementaire et d'un Premier ministre qui "s'affirme trop" dans la mise en oeuvre de son programme, Manandafy Rakotonirina, fort de ses expériences en politique, suppose que le changement de l'actuelle Constitution s'impose. Par ailleurs, le numéro 1 du MFM a réitéré que la régionalisation reste la seule issue pour un développement économique harmonieux et équilibré du pays. Et lui de conclure qu'on doit procéder à l'Amnistie générale des prisonniers politiques arrêtés dans le cadre de l'événement 2002 et à la réconciliation nationale pour qu'il y ait vraiment stabilité politique ; condition sine qua non d'un développement rapide et durable.

Madagascar Tribune 03/10/03