Manandafy Rakotonirina sur RNM

      Réagissant par rapport aux événements de ces derniers jours mais surtout pour calmer les esprits et rassurer la population, Manandafy Rakotonirina a insisté hier soir à la radio nationale sur trois points tout en évoquant l’histoire de la population et de l’Etat-Nation malgache.
    Naturellement et historiquement, les Malgaches ne sont pas enclin ni portés vers la guerre civile. Les raisons sont fondées sur les migrations de population depuis toujours, consolidées par la commune sujétion à l’autorité coloniale et les liens matrimoniaux qui se sont noués depuis des générations et des générations. Bref, ce sont les politiciens uniquement qui véhiculent ces menaces de guerre civile. Et c’est là, a-t-on cru comprendre, que les tentatives issues d’ailleurs, précisément des multinationales rivales qui lorgnent sur nos richesses minières, nos grandes mines, peuvent trouver la brèche ou le le flanc mou pour mettre la main sur le pays ou sur une partie du pays. Elles en sont capables vu les moyens financiers et autres ressources dont elles disposent.
    Dès lors, il est plus judicieux pour les tenants du pouvoir que pour les opposants de se mettre d’accord sur l’éthique (sans qu’il ait dit le mot) ou sur la stratégie et les principes à adopter face à de telles velléités de mainmise. L’adoption de la loi sur les partis et celle relative au statut de l’opposition ont alors été de nouveau évoqué.
    Enfin et non des moindres, Manandafy dénonce les manœuvres dilatoires des parlementaires de tout bord (Sénat et Assemblée nationale) car aucun gouvernement ne peut résister debout au cas où ces parlementaires décident de l’empêcher. Le gouvernement non plus n’a pas été épargné car il lui faut, a-t-il signifié, un espace de liberté d’expression, tel le gymnase couvert de Mahamasina.
Bref, un appel à l’apaisement qui ne sera pas sans écho, espérons-le !

RAW

Tribune 29/12/05 -