MFM Analamanga

Olivier Rakotovazaha mène le jeu

Germain Rakotonirainy, pourtant attendu samedi dernier à Antanimena, n’a pas rejoint les siens. Manandafy Rakotonirina, à qui devait revenir l’honneur de présenter la position politique du parti dans la conjoncture qui prévaut actuellement dans le pays, a préféré s’abstenir d’assister à la première réunion du MFM Analamanga. Olivier Rakotovazaha, ancien ministre et non moins conseiller technique du président de la République, Marc Ravalomanana, et son collègue Constant Raveloson, un des anciens responsables du syndicat TM, ont pris l’initiative, à leur place, de faire face à une poignée de militants qui ont répondu à l’invitation. La réunion a été, en fait, axée sur des échanges de vues sur les récentes décisions du chef de l’Etat concernant la détaxation et la vente de terrains aux étrangers, et sur les activités du parti dans les différents quartiers de la commune de Tana.
Pour le responsable du MFM d’Analamanga, William Randriamahaleo, le gouvernement n’a pas pris ses responsabilités dans la sensibilisation de la population sur l’octroi de terrain aux investisseurs étrangers, et le parti entreprendra une stratégie de communication allant dans ce sens. « Les organismes rattachés à l’ONU à Madagascar se sont rendus compte que la bonne gouvernance n’a pas été du tout respectée et suivie », a-t-il ajouté. Il a été épaulé, tout au long de la journée, par Olivier Rakotovazaha pour répondre à certaines questions portant essentiellement sur les intentions réelles du pouvoir. Celui-ci a tenu à rassurer qu’il s’agit du domaine de la politique générale de l’Etat, réservé uniquement au président de la République, et qu’il convient au gouvernement et au Parlement de prendre les mesures nécessaires pour sa concrétisation. Bref, la suite de cette timide réunion de samedi, où l’ancien ministre des TP et Aménagement de Territoire, a fait comprendre, sans trop insister, l’adhésion d’une partie du MFM au pouvoir en place.

GDI du 25/08/03