De la mise en concession du FCE et du Port de Manakara

Pety monte au créneau

L'année 2001 a vu la décision de l'Etat de mettre en concession et la ligne ferroviaire FCE (Fianarantsoa - Manakara) et le Port de Manakara, et ce en même temps. Jusqu'à aujourd'hui, rien n'est fait. Ou plutôt, l'avis d'appel d'offres est en marche. L'OPCI, dirigé par Pety Rakotoniaina et non moins Maire de la Ville de Fianarantsoa, Organisme public de coopération intercommunale regroupant les communes longeant le chemin de fer, est monté au créneau interpellant ainsi l'Etat qui semble baigner dans l'indolence dans la mise à exécution de cette mise en concession. "Il y va de l'avenir entier de notre province", dixit Pety Rakotoniaina.

Pendant les mois de cyclones, et c'est la saison, la perte enregistrée par la non utilisation du chemin de fer en trois mois est nettement supérieure par rapport à la déforestation d'une année. Or l'eau qu'utilise la population provient du corridor forestier. Aujourd'hui encore, alors que la ligne FCE est toujours en marche, plusieurs ONG et Projets sont sur terrain, produisant du travail et procurant de la subsistance à la population environnante. Au moins trente organisations contribuent au développement local, comme la réhabilitation de pistes rurales favorisant ainsi l'écoulement des produits par le FCE. Si l'on se réfère à des chiffres, le tonnage du trafic réalisé par FCE en l'an 2000 est de 5.500, à peu près 10.000 en 2003. Le carburant n'est pas compris. En ce qui concerne le trafic des voyageurs, 71.000 en 2002 et 148.000 en 2003. "FCE marche bien malgré une participation minime de l'Etat, et ce grâce à la bonne volonté des cheminots, mais aussi à la contribution des bailleurs de fonds qui, et c'est ce qui nous préoccupe, ont déjà annoncé l'arrêt de leurs actions à la fin de l'année 2004." Même Madarail est convaincu de la bonne gestion de FCE. La ligne TCE (Côte Est), déjà mise en concession par contre, attend l'Etat pour payer ses employés, ce qui n'est pas le cas du réseau FCE toujours apte à honorer ses engagements. "Alors, qu'attend-on pour cette mise en concession ?"

    La question est : si les partenaires internationaux quittent le FCE fin décembre 2004, qu'en est-il du transfert de gestion ? Neuf millions USD sont en main pour la mise en marche du FCE actuel et rien ne sera plus débloqué si la mise en concession n'est pas mise en place; l'Etat pourra-t-il subvenir aux besoins si besoin est ? Certes, l'Etat apporte sa contribution mais à quelle hauteur ? Grâce à l'IPPTE, 1.885.545 USD.

    Autres faits à souligner : la route reliant Fianarantsoa à Manakara laisse à désirer, si elle n'est pas quasiment impraticable en saison de pluies, voire en saison sèche. FCE est la seule voie possible et de loin la plus abordable aux habitants. "Quant au Port de Manakara, l'on se demande si on ne voudrait pas le réduire à l'état de ruine ! Il constitue une de nos fiertés et représente notre visibilité à l'extérieur. Si l'on prend l'exemple du marbre d'Ambatofinandrahana transporté au port, il transite vers Tanà - par route- pour finalement "atterrir" au Port de Toamasina. Un manque à gagner considérable pour la Province." Même scénario pour le cas des letchis. Et Pety d'ajouter : "Notre port n'est pas en train de mourir, on est en train de le tuer. Certaines catégories de personnes favorisent les camionneurs dans le transport des carburants."

Le carburant... et le port de Manakara

    Le carburant, sujet favori du maire de Fianarantsoa ! Car lui de rappeler que c'est à travers le FCE que sa province est à même de s'enorgueillir : la capitale malgache, voire plusieurs villes de Madagascar, ont pu être ravitaillées. Ceci pour dire que FCE est loin d'être négligeable dans la vie économique malgache. Et le Port de Manakara encore moins ! Actuellement, ce dernier est "sous-employé" puisqu'il n'y a aucun investissement. "Des gens de bonne foi sont prêts à reprendre et l'un et l'autre. Or, malgré la décision commune - l'Etat et le comité de suivi de la mise en marche de la mise en concession - qui stipule que le lancement de l'Avis d'appel d'offres sera pris de commun accord, le Directeur général du Transport Maritime/VPM, M. Sambalys, a annoncé lors de la conférence de presse de l'OPCI, hier, que le dépouillement se fera justement... le 25 octobre 2004, donc lundi prochain. Il a été lancé le 2 octobre dernier. Il a encore annoncé que la mise en concession du chemin de fer et du port est prorogée jusqu'en juillet 2005. "Entre temps, la concurrence est sévère. L'OPCI ainsi que le KMM/FCE souhaitent des investissements conséquents avant cette date butoir puisque la Province de Fianarantsoa a des habitants à nourrir." Et le Comité de conclure : "Jusque là, les gens risquent d'avoir le temps de mourir..." Des chiffres de dernière réflexion : Fianarantsoa supporte à elle seule 30.000 tonnes de café qui s'invitent au port de Toamasina et qui représentent un surcoût à payer....

Madagascar tribune 23/10/04 – Volana

Pety Rakotoniaina

Pour la mise en concession de la FCE

"Arrêtez de nous mettre les bâtons dans les roues et travaillons ensemble pour le développement du pays".C’est en ces termes que Pety Rakotoniaina, maire de Fianarantsoa, mais aussi président de l’OPCI/KMM/FCE (Organisme Public de Coopération Intercommunale) a commencé sa déclaration hier à la presse. En effet, la mise en concession de la ligne ferroviaire Fianarantsoa Côte Est et du port de Manakara tarde à venir, pourtant elle aurait dû se faire depuis déjà trois ans. "La mise en concession du port de Manakara ainsi que de la ligne ferroviaire FCE est plus que vitale pour notre province, puisque c’est l’artère principale de notre développement", a-t-il déclaré. Environ 150 à 200.000 personnes sont concernées dans cette mise en concession du FCE et du Port de Manakara.

"La province de Fianarantsoa a beaucoup œuvrer pour l’accession du président Ravalomanana au pouvoir, ainsi, nous trouvons injuste que nous sommes à la traîne dans le processus de développement", s’est insurgé Pety Rakotoniaina, tout en révélant qu’une dizaine de milliards de Fmg étaient mis à disposition "par des bailleurs de fonds traditionnels" pour la réhabilitation de la commune de Fianarantsoa, "mais le déblocage n’attend que la signature d’une seule haute personnalité de l’Etat".

Autant de faits déplorables qui incitent les autres membres de l’OPCI à crier au scandale. La situation risque alors de se dégrader dans cette région de l’île car l’aide des bailleurs dont dépend la survie de la FCE vient à expirer, l’assistance étrangère prend fin en principe à la fin de l’année. "C’est la mort assurée pour la population si des mesures ne sont prises au plus vite" ont crié hier Pety Rakotoniaina et consorts. Face à cette situation, l’OPCI a envoyé une requête auprès de la vice Primature afin d’accélérer le processus.

De manière inattendue, Jérome Sambalis, directeur général de l’APMF, est intervenu au cours de la conférence de presse, pour donner quelques informations à ce sujet. D’après lui, l’appel d’offres est déjà lancé et que le dépouillement se fera lundi prochain, tout en signalant la disposition de l’Etat à sauvegarder ce patrimoine : "Le gouvernement est prêt à procéder à la mise en concession de la FCE et du port de Manakara. D’ailleurs un calendrier est déjà arrêté à ce sujet et que cela sera effectif au plus tard juillet 2005".

Autre nouvelle annoncée par M. Sambalis est que le gouvernement vient d’écrire une lettre à Pety Rakotoniaina, président de l’OPCI, en date d’hier.

T.R. - GDI 231004

Région de Fianarantsoa

Les 25 maires des communes regroupées au sein de l’Organisme public de coopération intercommunale ou O.P.C.I.-KMM.FCE, ont réclamé l’acceleration da la mise en concession de la Société de chemins de fer reliant Manakara-Fianarantsoa au Port de Manakara.
Présidé par Pety Rakotoniaina, maire de la Commune Urbaine de Fianarantsoa, l’ OPCI a organisé un atelier avec les bailleurs de fonds au Hilton Anosy pour sensibiliser les autorités compétentes.
La mise en concession de la FCE et le port de Manakara aurait dû être finalisée en décembre 2004, mais elle accuse du retard.

Le développement de la région concernée, Vatovavy Fitovinany, dépend de la privatisation de ces deux sociétés d’Etat.

Citons entre autre, l’évolution du trafic de la FCE ; de 5500tonnes pendant l’an 2000 à10.000 tonnes en 2003 alors que le Port de Manakara est resté inactif depuis 2002.

Les membres de cet organisme ont démontré devant la presse que les bailleurs de fonds en partenariat avec la FCE, tels LDI (USAID), la Coopération suisse cesseront leur coopération.

MISE EN CONCESSION EN JUILLET 2005

Le directeur des ports au sein de la vice primature M.Sambalis a aussi assisté à cet atelier et a annoncé que la mise en concession des deux sociétés a obtenu 9 millions de dollars au fonds IPPTE.
Le dépouillement des appels d’offres pour le port de Manakara aura lieu le 25 octobre 2003, en juillet 2005 pour la FCE .

Navonisoa