Pety Rakotoniaina:« Non à la politisation de l’enseignement ! »

Dans une interview qu’il nous a accordée à Ampopoka (Fianarantsoa), le maire et néanmoins président de l’association Tambatra, Pety Rakotoniaina fustige les pratiques des tenants du pouvoir, notamment cette politisation à outrance de l’enseignement. Il a également profité de cet entretien pour affirmer qu’il n’est pas un mercenaire du pouvoir.

 
= La Gazette : Des bruits courent comme quoi vous n’êtes qu’un mercenaire du pouvoir…
 
+ "Pety Rakotoniaina : Comment peut-on affirmer une chose pareille ! Si j’ai créé le Tambatra, c’est dans le but d’asseoir un principe bien précis. Celui de pouvoir instaurer la paix sociale et politique en vue de développer le pays. Il ne faut pas oublier que j’ai été par deux fois élu député. Et de ces deux mandats,  je n’ai pas été élu ni sous la couleur de Zafy Albert ni celle de Didier Ratsiraka. Si je suis à la tête de la ville de Fianarantsoa, ce n’est pas grâce au TIM même si j’ai beaucoup contribué à l’avènement de ce régime. J’ai même battu le TIM lors de l’élection. Il ne faut pas oublier également que si j’ai été évincé de mon poste de PDS, c’est à cause d’une divergence avec Marc Ravalomanana. Je ne suis à la solde de personne. Si je décide donc de me présenter à l’élection présidentielle, c’est dans le but de gagner et non en vue de départager les voix."

= Pensez-vous qu’il y aura une élection juste et transparente ?

 
+ "Franchement non ! Déjà, les tenants du pouvoir entretiennent le flou quant à la date de l’élection. Pourtant, pour pouvoir offrir une égalité de chance à tous les candidats, une précision sur la date de la tenue de l’élection est primordiale. Mais à part ça, ce qui me rend peu optimiste aussi c’est que les questions relatives à son bon déroulement sont loin d’être réglées. C’est pour cette raison que je me tue à clamer la nécessité de l’instauration du dialogue. Ce qui est dangereux aujourd’hui, c’est cette politisation de l’enseignement. La mise en place de la DREN, les chefs ZAP et les chefs CISCO oblige les enseignants à intégrer le TIM Fanabeazana et ceux qui refusent sont affectés. Espérons que la communauté internationale tiendra sa promesse en aidant le pays dans l’organisation de cette échéance électorale."

Tiana Rajaona   

 Gdi 23-04-2006