Portes ouvertes de l'Assemblée nationale - Polémique entre Pety Rakotoniaina et les députés de l'opposition
Le maire de Fianarantsoa rejette les accusations contre lui.

Règlement de compte. Les membres de la Solidarité parlementaire pour la défense de la démocratie et de l'unité nationale (SPDUN) tombent à bras raccourcis contre Pety Rakotoniaina, maire de Fianarantsoa.
"Pety Rakotoniaina a tout faux", a vilipendé le député, Mara Niarisy, en réponse au maire de Fianarantsoa. "Il essaie de répandre une version erronée de ce qui s'est passé lors des portes ouvertes de la Chambre basse dans sa commune. Et ce n'est pas très élégant de sa part”, a ajouté l'élu d'Ankazoabo atsimo à Andrainarivo hier.
Reboza Julien, élu à Amboasary Atsimo, est allé plus loin pour étayer les assertions de ses pairs de l'opposition. "L'ancien député d'Ikalamavony s'est engagé à rassembler plus de 10 000 personnes lors de ces portes ouvertes. Il a même encaissé de l'argent pour organiser l'événement, et ce, après maintes demandes d'audience auprès de Jean Lahiniriko, président de l'Assemblée nationale", a révélé le secrétaire général adjoint de l'Avi qui “n'a pas pu s'empêcher de parler “.
Le vendredi 20 janvier, les portes ouvertes de l'Assemblée nationale n'avaient pas pu se dérouler. Président de la délégation spéciale, chef de région, parlementaires et maire de Fianarantsoa se sont défilés et se rejettent la responsabilité.


Le député Saina Michel et ses pairs fustigent le comportement de Pety Rakotoniaina.

Pety Rakotoniaina est allé jusqu'à qualifier la rencontre de “spectacle” et de “meeting politique”. "Celle-ci n'avait pas de caractère officiel et il fallait le dire. Sinon, pourquoi aurait-on recruter des universitaires pour organiser la cérémonie? D'ailleurs, ils ne peuvent pas détruire les réalisations pour le développement de la mairie", ajoute-t-il pour fustiger les députés.
Il réfute également l'accusation des parlementaires. "Je n'avais pas d'engagement à honorer avec l'Assemblée nationale. Je n'ai reçu aucune somme. Les milliards de l'Amiral à son époque ne m'avaient même pas fait changé d'avis. Pourquoi aurai-je varier ma position cette fois-ci ?".
Voilà donc qui va donner du piquant au retour de l'Assemblée nationale à Fianarantsoa. La Chambre basse a fait savoir son intention d'y revenir le moment opportun. Il en est de même concernant les campagnes électorales. D'ailleurs, les défis sont déjà lancés entre les protagonistes.

Iloniaina A.

Express de Madagascar 28/01/2006