Réconciliation en marche autour de Pety Rakotoniaina

     

Poussé par nombre de ses sympathisants et exhorté par ses partisans de Fianarantsoa I et II, Pety Rakotoniaina a finalement décidé de se porter candidat à la mairie de Fianarantsoa ville. Cette candidature marque un tournant dans la carrière politique de Pety, demeuré jusqu'à présent dans le champ législatif - excepté l'épisode de la Délégation spéciale qui a tout de même persuadé les habitants de la province de Fianarantsoa des capacités de l'ancien député en matière de sécurité. Ceux qui ont été témoins de la cérémonie grandiose de Tsianolondroa de samedi après-midi ont affirmé que les Fianarois ont très bien apprécié la lutte menée par Pety contre les "dahalo" lorsqu'il était à la tête de la province.
    Mais des observateurs n'ont pu s'empêcher de remarquer et de souligner que les rassemblements de samedi dernier soit à Ampopoka, domicile de l'ancien Pds Pety Rakotoniaina, soit à Tsianolondroa, traduisent le mieux la popularité de cette figure de réconciliation. D'ailleurs de l'avis de ces observateurs politiques, ils rappellent le "Tambatra 2002", dans le fond et dans la forme ; avec un plus cette fois. L'association "Tambatra Soa" qui va propulser Pety à la mairie a vu l'intégration des partisans et sympathisants de l'ancien régime, autres forces vives non négligeables pour la cohésion sociale et l'harmonie indispensable pour un élan dans la perspective d'un vrai développement. Ce fut effectivement un modèle de réconciliation au niveau local et provincial entre Arema, Mfm, pro-Ravalomanana et pro-Ratsiraka de l'époque. On apprend qu'en plus des militants Arema de plus de 50 fokontany, se sont portés comme comité de soutien à la candidature de Pety, l'Union Arema de nombreux firaisana, des cellules Undd, évidemment le Kmmr nouveau tout entier. Quant au Leader Fanilo, on attend leur adhésion sous peu, nous indique-t-on.
    Rapporté à un niveau provincial, ces rassemblement et cérémonie de "joro" ont réuni à nouveau autour de Pety, toutes les parties de la province, Antesaka résidant dans la capitale de la province, cadres fianarois "expatriés" comme du temps de "Tambatra 2002".
    Saura-t-on apprécier ce mouvement qui se déclenche comme les prémices d'une véritable réconciliation pour faire de Fianarantsoa une métropole phare de la province ?

Tribune 01/10/03