RIEN NE VA PLUS ENTRE LE MFM ET LE REGIME !

Edition du 22.04.2004

Les relations entre le Mfm et le pouvoir en place se sont encore détériorées. Le député Haja du Mfm est toujours incarcéré à la maison de force de Tsiafahy. Il serait sous traitement médical. Ses avocats ont demandé à la Cour suprême d'annuler le flagrant délit, la poursuite exercée par le seul procureur de la république, et de déclarer nulle les charges contre le député.

La réponse du Tribunal ne s'est pas faite attendre: la requête de la défense du député d'Ikalamavony, impliqué dans une affaire de faux billets, a été rejetée. Sans compter qu'un officier de la gendarmerie a trouvé la mort, abattu par balles alors qu'il menait l'opération.

Le Mfm reproche au président de l'Assemblée Nationale de mollesse. De ne pas réagir pour faire prévaloir l'immunité parlementaire qui devrait couvrir le député Haja. Les avocats de ce dernier ont tenté, dans leur minute, de démontrer qu'il n'y a pas eu flagrant délit, et donc, toutes les charges devraient tomber comme un château de cartes.

Il est clair que le Mfm ne va pas laisser tomber le député Haja. Et selon les observateurs, au delà du délit, il est question maintenant de politique. C'est dans ce sens qu'il faut comprendre les récentes déclarations de Manandafy Rakotonirina qui attend de Ravalomanana des résultats concrets, et du régime, plus d'audace dans les négociations avec le Fmi et la Banque mondiale, expliquant de la sorte la forte dépréciation de la monnaie locale, souhaitée par les Institutions de Bretton Woods pour encourager les investisseurs étrangers.

Mais pour l'heure, les "gros" investisseurs ne se bousculent pas. Madagascar est toujours classé comme un pays à risque, qui a besoin d'assurer une stabilité politique afin de garantir un environnement sain des affaires.

Le Mfm promet de trouver la réaction qu'il faut pour contrer la décision de la cour suprême. Manandafy Rakotonirina est actuellement aux côtés de Rakamisilahy Martial, engagé dans la course au poste de maire à Manakara, élection partielle intervenue pour cause d'irrégularités.

Il s'agit là d'un autre litige politique entre le régime et le Mfm. Rakamisilahy Martial a été élu sur le papier, ce qui a entraîné de nombreuses plaintes auprès du conseil national électoral. Après enquête, a-t-on rapporté, il a été décidé en conseil de Gouvernement, de refaire le scrutin malgré les véhémentes protestations de Rakamisilahy Martial.

Lors des élections législatives, Voninahitsy Eugène avait été élu à Maintirano au détriment du candidat Tim. Le scrutin fut annulé pour irrégularités. Mais Voninahitsy Jean Eugéne avait rempilé.

Pour le Mfm, le scrutin du 1er Mai à Manakara sera un défi au Tim.

 http://www.matvonline.tv/