Tambatra: Eviter le règlement de comptes après l’alternance

« Le pouvoir actuel continue de faire les mêmes erreurs que ses prédécesseurs alors que la population attend une sortie de crise économique, politique et sociale ».

Cette déclaration est du président du Tambatra, Pety Rakotoniaina lors de son passage dans la capitale Betsimisaraka le week-end dernier.Contrairement à ce qui s’est passé à Fenoarivo Atsinanana la veille, le meeting au gymnase Soavita s’est déroulé dans le calme mais fut ponctué de questions brûlantes sur l’actualité politique, sur la vie nationale et surtout la prochaine élection présidentielle. L’assistance ne fut pas assez nombreuse. La crainte de la population tamatavienne de s’exprimer publiquement sur ses maux et problèmes quotidiens, associée aux menaces des forces entre les mains du pouvoir  pourrait être les causes de cette réticence. Il n’y a eu que quelque 300 personnes.
Alors que le président de l’association Tambatra  n’a pas mâché ses mots à l’endroit du régime. Ainsi, ces différents conflits latents sont dus à la défaillance de notre code électoral. Si une révision n’est opérée avant l’élection, et une entente établie entre les candidats, les résultats de la prochaine élection engendreront encore un autre conflit, avertit le maire de Fianarantsoa.  Pour lui, « un nouveau code électoral est impératif pour éviter tout règlement de comptes à la suite d’une alternance ». Interrogé sur le retour des exilés politiques, il ne trouve aucun problème. Au contraire, évoque le jeune politicien, ce sont des intellectuels qui pourraient rendre service au pays. En effet, ces propos sont les réponses aux questions de l’assistance.

Moari Tohdy

Gdi 11-07-2006