Un tournant…

Madagascar entre ainsi dans un tournant inquiétant de son histoire après le « cyclone » qui démarre à la chambre basse depuis la semaine dernière.

C’est dire que le mois de mai reste toujours une période charnière voire historique de la Grande Ile, y compris de la troisième République. Celle-ci fut une suite logique d’un mouvement populaire amorcé par les syndicalistes en début d’un certain mois de mai après les présidentielles de mars 1989 fortement contestées de l’époque.
On n’a ni le choix, ni le droit. On ne peut pas, selon son bon vouloir, par sentimentalisme, ou sensationnalisme « blanchir » ou « noircir » le mois de mai ; mais les faits sont là. Le plus grave dans un tournant, c’est de savoir le maîtriser. La compagnie nationale Air Madagascar vient, semble –t-il, de donner l’exemple. Car la crise entre le personnel navigant et la direction générale n’a pas duré. Après une médiation engagée durant toute la journée de samedi, les deux parties ont trouvé un consensus (voir communiqué en page 6). On ignore encore la nature de ce consensus, mais l’essentiel est que le mouvement de grève est suspendu.
 
Curieusement, en ce début du mois de mai, des questions sur le MAP (Madagascar Action Plan), un programme lancé par le président Marc Ravalomanana le 29 mars dernier, se posent. Où en est-on du planning ou processus ? Difficile d’y répondre, car normalement, avant de lancer un nouveau programme, qu’en est-il de l’évaluation du DSRP, document cadre de la réduction de la pauvreté que les bailleurs avaient imposé à nos dirigeants de ces derniers temps ? Quels sont les points forts, les points faibles et surtout les difficultés que l’on n’a pu surmonter ? Pour quoi et pour quelle raison ? En clair, le DSRP a-t-il échoué ou non ?
 
Malgré un certain effort du service de la communication de la Présidence, quelques jours après le lancement officiel du MAP, il n’y a eu aucune activité palpable permettant au grand public de prendre connaissance des tenants et aboutissants de ce plan. Pourquoi, par exemple, a-t-on choisi 14.000 km de routes à construire ? Pourquoi pas 10.000 km ou 20.000 km ?
 
En mi-avril, Marc Ravalomanana a eu l’honneur d’inviter au palais d’Etat d’Ambohitsorohitra, les diplomates et membres des chancelleries étrangères pour expliquer le MAP ; mais depuis, les bailleurs de fonds attendent toujours des actions palpables. Ils souhaitent qu’entre les déclarations d’intention et l’engagement, le MAP soit réel…Il semble que certains techniciens eux-mêmes soient perplexes !
 
En plus de cela, il importe de signaler l’entrée dans la joute politique de Ny Hasina Andriamanjato, vendredi dernier à l’hôtel Colbert et du retour dans l’arène de Velompanahy Aristide. Ancien ministre de l’enseignement supérieur de la deuxième République, disposant d’une vision libérale, ce dernier rencontrera samedi prochain, les gens de la presse en sa qualité de président national du parti RDPM (Rassemblement pour la démocratie et le progrès à Madagascar).
 
Un évènement à suivre de près, car ce n’est pas un secret pour la classe politique qu’à un certain moment, M. Velompanahy avait été consulté pour une haute fonction de la République par les dirigeants actuels.
 
Un autre évènement est le passage des deux journalistes sur les  ondes de la radio nationale hier dans l’émission débat dominicale  « Savaravina ». Au cours de laquelle, les invités n’ont pas hésité à  dénoncer les dérives et magouilles des dirigeants politiques. Et ce ne sont pas n’importe quels journalistes. Andrianjato (ancien de RnM) et Belanto (ex-Lakroa), puisqu’il s’agit d’eux, ont déjà occupé d’éminents postes dans les hautes sphères du pouvoir. Andrianjato a été, longuement, conseiller du ministre des PTT Ny Hasina Andriamanjato ; tandis que Belanto fut déjà chef de cabinet du ministre des Finances Raherimanjato Jean-Claude, durant les dernières années du Pr Zafy.
 
A l’étranger, en ce début du mois de mai, citons la mobilisation de certains membres de la diaspora malgache. A part l’ancien Vice Premier ministre Pierrot Rajaonarivelo qui participe à différentes réunions ici et là, l’on note une émergence de nouvelles personnalités. Ces derniers temps, les Jean-Claude Rabeharifara et Tafika Rakotomavo (Hetsika Diaspora), Mamy Andriamasimanana et Jaona Ravaloson (Lien), Patrick Rajoelina (société des Amis de Madagascar), Dadou Rakotomalala et Paul Nahoaniko (antennes du Mfm en France) ne chôment pas, mais chacun à sa façon d’agir !

James R

Gdi  08-05-2006